AMAZONEdelaPAIX

AMAZONEdelaPAIX

Poème d'un grand poète turkmène d'Iran: ode au cheval

Le cheval pur race

De Meshkin Gillîche (1852-1900)

Aujourd'hui, j'écris pour te rendre hommage
Hommage à tes beautés
Oh cheval, comme l'or de ta selle et le rouge de ton gelaï
Brillent quand tu galopes !

Le vent frappe des épaules
Ta renommée atteint les Rois
Tes crins sont comme le serpent
À la ligne d'arrivée, tu minaudes en jeune fille

À l'assaut, tu démarres comme le lièvre
Tu précèdes tout le monde comme le vent de l'aube
Tes jambes et ton cou sont longs
Il faut caresser tes hanches

Tu es chasseur de gazelles des steppes
Les Khans se promènent avec toi
Tes yeux sont pareils aux étoiles du ciel
Tes oreilles droites comme une gerbe

Le jour du jugement, tu es liqueur de Paradis
Faisan des montagnes noires
Nul autre cheval ne te rattrapera avec ses jambes
Il faut des ailes et des plumes

Ni contre un pigeon, ni contre un bouc
Je ne t'échangerais
Tu vaux cent chameaux et chamelles chargés de trésors
Mille Toumans d'argent
Tu portes chance à ton cavalier

Il te donne, en place d'eau, lait, pain et miel
Ta selle est d'or fin et ton beau gelaï
Quand je te monte, tu es le tapis volant de Suleiman
Tu inspires le monde

Tu te ris des distances
Sur la terre, tu galopes et dans le ciel tu voles
Accompagnant les héros
Matajim, je crois que tu iras au Paradis



25/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres